T h e m e 3.0 ;; hyde ♥
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand la folie est en cage...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Yoru K. Minami



Messages : 13
Date d'inscription : 03/02/2011
Âge : 27

MessageSujet: Quand la folie est en cage...   Sam 12 Fév - 15:57

Yoru après une chasse violente avait été trouvé au sol, une blessure au ventre, comme si un animal l'avait griffée, des chasseurs l'avaient conduite à l'hôpital le plus proche, après tout ici presque tout le monde était fou alors pourquoi aller dans un hôpital normal lorsqu'on peut faire d'une pierre deux coups et directement aller dans un hôpital psychiatrique. Leur espèce de quartier générale, il était très à cheval sur la santé des chasseurs et enfermait les blessés pour ne prendre aucun risque que la mafia par exemple ne capture l'un d'entre eux et le questionne. La jeune fille se réveilla donc dans un lit, menottée à l'un des barreaux du lit, ce qui bien entendu ne lui plaisait pas !
Dans un autre temps avec un beau garçon ce genre de réveil aurait pu lui plaire... Mais elle n'était pas le genre a se faire capturée aussi simplement, attrapant un verre a portée de main qu'elle brisa, la chasseuse s'entailla le poignet qui avec le sang permit à sa main de glisser hors de la menotte.

Une fois libre, elle déchira dans les draps un bandage et emmêla sa main dedans pour arrêter le saignement, puis sortit de la chambre, essayant de passer inaperçue, bien que son air et sa tenue étaient plutôt voyante dans les couloirs blancs d'un hôpital, laissant derrière elle quelques gouttes de sang, elle ressentit une sensation étrange, comme si on la suivait? Serait-elle passée de chasseur à proie? Mais qui pouvait bien la chasser? La mafia? Le monstre qui l'avait blessée?
Ou peut-être un beau jeune homme qui en voulait a son corps? L’espoir faisait vivre à ce qu'il parait et jusqu’à présent...
Elle avait survécu correctement !

Yoru avança plus vite mais quelques médecins la remarquèrent tant à son allure qu'a sa démarche pressée, Yoru se mit à courir pour leur échapper et fonça vers ce qui semblait être un ascenseur qui s'ouvrait, une personne était dedans, tant pis pour lui, elle le projeta dedans et fit refermer la porte de l'ascenseur, attrapa le jeune homme à la gorge et le fixa dans les yeux, elle le dévisagea et n'eu aucun mal à comprendre qui il était, elle le lâcha donc.


En chasse?


Restant sur ses gardes, les chasseurs ne se chassaient pas entre eux mais en ces temps de trouble et avec des chasseurs de primes qui commencent à apparaître il fallait se méfier... Se plaçant a côté de lui attendant que la boite de métal arrive en bas pour lui permettre de fuir, seulement ils étaient pas si bête ces infirmiers et l'ascenseur s'arrêta d'un coup sec.

Merde


Même si dans un sens Yoru était sur son territoire les leurs avaient tendance a ne pas aimer laisser sortir les blessés, mais elle en contrepartie détestait être enfermée contre sa volonté, cachant ses blessures elle le regarda du coin de l'œil. Par contre trouver de nouveau vêtements ne serait pas du luxe... Sa robe à moitié déchirée dévoilait un peu trop son corps.

Essaie pas de m'empêcher de sortir et te rince pas l'œil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kamlyn



Messages : 25
Date d'inscription : 25/01/2011
PUFF : Jumpy / Sunshine

MessageSujet: Re: Quand la folie est en cage...   Dim 13 Fév - 12:41

Kamlyn était parti chasser. Quoi de plus normal, pour un chasseur ? Il avait fait de bonnes prises, aujourd’hui. Une fillette qu’il avait emmené sous les yeux de son père. Oh, celui-ci n’avait rien pu faire, il avait été pris d’une crise de fou rire. Les deux marchaient tranquillement, et ils avaient du être bien surpris de voir un jeune homme surgir devant eux sans crier garde. Il n’avait eu qu’à prendre la gamine sous les yeux du père horrifié –mais toujours mort de rire. Pratique, comme pouvoir, non ? Il se souvenait encore des yeux remplis de larmes et de terreur de la fille. Elle avait eu beau supplier, pleurer, elle n’avait eu que la mort. Et son père, une minuscule fleur rouge. A présent, il était là. A l’asile, la où les chasseurs amenaient leurs proies. Il y avait laissé la petite. Après lui avoir fait subir des choses pas très jolies à voir. Il eu un sourire sans joie. Il n’était jamais joyeux. Ce n’était qu’une perte de temps. Il afficha une mine sombre –la seule qu’il connaissait– en songeant à tout ce qui l’avait amené ici. Il ne voulait pas, au départ, devenir chasseur. Personne ne voulait le devenir. Mais certaines circonstances avaient fait de lui… ce qu’il était devenu.

Il attendait l’ascenseur, tranquillement, quand soudain le bruit d’une course se fit entendre dans le couloir. Il n’avait pas eu le temps de faire un geste qu’une fille poursuivie par ce qui semblait être une horde d’infirmiers (???) se précipitait sur lui, l’attrapait à la gorge et fonçait, lui avec, dans l’ascenseur qui venait de s’ouvrir. Une fois dans la cabine, elle le lâcha et l’examina. Elle semblait un peu paniquée, mais surtout en colère. Vite fait, il se recomposa un visage, celui qu’il avait quand il parlait aux gens. Le faux. Celui sous lequel il était orgueilleux (ha !), immature (ha ha !) et inoffensif (HA HA HA !). Apparemment, l’autre avait reconnu en lui un chasseur.
- En chasse ?
- Nan. C’est fini.

Il s’interrogeait sur les raisons qui l’avaient poussée à se retrouver poursuivie par une troupe d’infirmiers, dont les intentions n’étaient manifestement pas amicales du tout. Pourtant, ici, les chasseurs étaient chez eux, l’hôpital ne servait pratiquement qu’à y ramener les étrangers. Bah, ça devait être une erreur. Et puis, les infirmiers n’étaient pas exactement connus pour être un modèle de gentillesse. Une fois qu’ils tenaient quelqu’un, ils n’aimaient pas s’en séparer. Ils aimaient jouer, et leurs jeux n’étaient pas des plus agréables. Esquissant un demi-sourire sadique (qu’il rétracta bien vite, sans que la fille s’en aperçoive. Le Kamlyn que le public connaissait n’était pas méchant), il se demanda ce qui se serait passé si les médecins l’avaient rattrapé. S’aurait pu être assez drôle. Soudain, l’ascenseur s’arrêta dans un grincement qui lui stria les tympans. Il entendit distinctement le « merde » lâché par la fille.
- Des problèmes avec le personnel ? Demanda-t-il d’un ton moqueur.
- Essaie pas de m’empêcher de sortir et te rince pas l’œil.

Sin’ ne savait pas comment réagir. D’un côté, ça promettait d’être un spectacle très intéressant. De l’autre, celui que les gens croyaient connaître, le personnage qu’il jouait avec tant d’application, n’était peut être pas très sympa, mais pas cruel à ce point. Mais c’était quand même une chasseresse. Ce n’était pas comme s'il jouait sa petite comédie devant un étranger, un héros ou quoi d’autre encore.
- Je n’ai pas l’intention de t’empêcher de faire quoi que ce soit.
*Ni de t’aider, d’ailleurs*. Il ne releva pas sa seconde remarque. Si elle se faisait des films, c’était son problème. Mais c’est vrai qu’elle aurait besoin d’une nouvelle tenue. Ce fut cependant l’intérêt qui l’emporta. C’est toujours utile de sauver quelqu’un. Elle aurait une dette envers lui. Et elle ne saurait pas, évidemment, qu’il l’aurait sauvée rien que pour ça. Non vraiment, Kamlyn n’aurait pas fait ça. Le faux, en tout cas. Adossé contre le mur, il l’avait observé se démerder bien tranquillement avec les infirmiers. Il dégaina son arme, et de quelques coups bien placés, mit fin à tout ça. Décidément, les agents d’entretien auraient beaucoup de travail, aujourd’hui. Puis s’adressant à l’autre d’un ton tout à fait indifférent :
- La sortie est de l’autre côté, tu sais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Yoru K. Minami



Messages : 13
Date d'inscription : 03/02/2011
Âge : 27

MessageSujet: Re: Quand la folie est en cage...   Lun 21 Fév - 15:46

Yoru le fusilla du regard, bien sur qu'elle savait ou était la sortie... enfin... en fait non, elle n'était jamais venue ici. De ce fait difficile de savoir par ou était l'entrée et la sortie d'autant plus que lors de son arrivée elle n'était pas consciente !

C'était donc bloquée dans cet ascenseur moisit que son angoisse de captivité commençait a lui tirailler les intestins, provoquant chez elle non pas de la peur mais une colère noir, heureusement elle était capable de se contrôler sans quoi elle pourrait sauter au coup du jeune homme sans bonne raison valable, enfin c'était quitte ou double, réveillant ses instincts primaire lorsqu'elle se mettait en colère, soit elle le violait sur place soit elle le tuait...


« Je dirai simplement... qu'on a un différent d'avis quand a mon droit de sortir... »


Il ne bougeait pas et lui affirma qu'il n'allait pas l'empêcher de partir, après tout c'était normale,
il n'était pas un de ces infirmiers alors qu'est ce qu'il pouvait bien en avoir a faire de la voir sortir en risquant sa vie...
Yoru resserra son bandage a la main et essaya de faire tenir sa robe en faisant quelques nœuds par ci par là.

Elle leva les yeux pour voir a quel étages ils se trouvaient, entre le 0 et le sous sol.

Entendant du bruit derrière la porte a double battant métallique, c'était facile de comprendre que par cet sortie c'était foutu !
Remontant encore le regard elle vit la plaque au dessus d'elle qui donnait sur l'extérieur de l’ascenseur, pas le choix elle devrait passer par la... La jeune chasseuse sauta pour l'ouvrir, mais sa main blessée elle ne pourrait pas se hisser jusqu'en haut, c'est donc sans lui demander son avis qu'elle grimpa rapidement sur le jeune homme, elle était agile et si il levait les yeux il pu avoir une jolie vue sur les dessous de Yoru avant qu'elle ne disparaisse dans la tape. Puis passa la tête, ses cheveux pendant pratiquement jusqu'à moitier de l'ascenseur, le regardant on aurait dit un singe pendu par les pieds.


« Comme t'es mignon je te donne ce conseil... reste pas là, ou il te lâcheront pas avant que tu leur ai dit ou j'étais... »


Il aurait pu dire la vérité, qu'elle était passée par la haut mais cela ne suffirait pas au infirmiers qui était largement paranoïaque, après tout dans un hôpital comme celui ci dans cette ville les vrais malade c'était les infirmiers, personnes osait vraiment venir dans le repaire a cause de ces tarés qui étaient plutôt chiant si on les avaient sur le dos. D’ailleurs il était connu pour leur interrogatoire assez étrange et très douloureux avec des liquides aux effets multiple sur le corps, oui ils en profitaient aussi pour faire des expériences qui généralement n'avait pas beaucoup d'espérance de vie.
Une fois son conseil donné elle disparut à nouveau et commença a grimper sans bien que mal a l'échelle pour remonter un peu et essayer de passer a l'étage du dessus. Ne se retournant pas, il la suivrait si il voulait le reste il pouvait mourir cela ne lui faisait ni chaud ni froid, après tout elle ne le connaissait pas et être mignon n'était pas suffisant pour lui apporter suffisamment de compassion a son égard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand la folie est en cage...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand la folie est en cage...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: W O N D ER L - A N D ( south ) :: Psychiatric Hospital.-
Sauter vers: