T h e m e 3.0 ;; hyde ♥
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Liburn LÉNA. [ END ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Léna Liburn



Messages : 12
Date d'inscription : 20/02/2011
Âge : 22
PUFF : Crêpe.

Mirror Card
« Âge du personnage »: Seize ans.
« Particularité »: Etrangère.
« Relations »:

MessageSujet: Liburn LÉNA. [ END ]   Lun 21 Fév - 21:14

    Le Personnage
    ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

    NOM COMPLET : Liburn LÉNA.
    SURNOM : Quatre lettres, c'est dur à dire ?
    ÂGE : Seize ans.
    SEXE : Damoiselle.
    ORIENTATION SEXUELLE : Homosexuelle.
    RÔLE : Étrangère.
    PARTICULARITÉ : Aucune.
    OCCUPATION : Chercher la sortie.
    THÈME MUSICAL :The Scientist, Coldplay.
    CITATION : « Les épines, ça ne sert à rien, c'est de la pure méchanceté de la part des fleurs ! » Le Petit Prince, A. de Saint-Exupéry.
CARACTÈRE.

¤ Light up the Sky.

Dis - moi ... Si tu croyais en un monde imaginaire, tu le verrais comment ? Léna se souvenait. Elle avait six ans. Elle vivait dans un de ces mondes imaginaires qu'on se formulait en bas - âge. Beau. Idyllique. Sans tâche, sans défaut. Bourré de qualités, avec des papillons qui voleraient partout, des loups gentils et de la lumière éblouissante. De l'herbe à perte de vue. Mais ce n'était pas d'un monde comme ça dont rêvait alors Léna. Léna rêvait simplement de voir papa - maman tous les jours, en rentrant de l'école. Partager quelques instants avec eux. Mais papa - maman étaient toujours en voyage d'affaire. A Paris, à Pékin, ou on - ne - sait - où encore ... Et lorsqu'ils passaient à la maison, ils restaient peu, quelques heures, pendant que Léna dormait, et repartaient dès le lendemain sans même être passés dans sa chambre. Léna n'était que leur descendance. Celle qui assurerait le rôle de l'un ou l'autre. Elle n'avait pas de fratrie. Alors, elle s'était inventé une sœur géniale. Plus grande qu'elle, elle avait de beaux cheveux blonds, un visage de poupée irréprochable. Tout en elle reflétait la perfection de Léna : tout ce qu'elle n'était pas. Elle aurait été osée, rebelle, avec cette chevelure blonde dont la petite de six ans à peine rêvait déjà. Sa sœur imaginaire était son modèle. Sa seule amie, aussi.

Elle ne voyait que quelques fois ses parents. Cette absence la renferma d'avantage encore dans ce monde et lui faisait croire que sa sœur existait vraiment. Elle lui confiait tout, comme une petite de trois ans qui disait tout à son doudou en peluche. Mais Léna avait alors huit ans. Personne ne s'aperçut que l'enfant prenait d'étranges attitudes. Sa professeure se contentait de lui apprendre ses leçons. Léna n'arrivait pas à se lier d'amitié avec les autres enfants qui passaient parfois dans sa demeure. Elle ne s'en approchait jamais, restait dans sa chambre à jouer seule avec ses poupées de porcelaine. Chaque jour, elle se plongeait un peu plus dans sa carapace de solitude. Elle n'était pas autiste, mais ses attitudes rappelaient fortement se défaut. Cela était plus proche de la misanthropie. Et c'était inquiétant. Seule sa nounou, qui prenait soin d'elle et l'adorait mais pour laquelle la petite ne semblait avoir aucune affection remarqua les manières étranges de l'enfant. Personne n'avait rien remarque jusqu'alors parce qu'elle se tenait parfaitement bien en société. Elle avait de très bonnes manières et apprenait ses cours correctement. Pour presque tous ceux qui l'entouraient, elle était parfaite.

La gentille femme insista pour qu'on la pousse à s'ouvrir aux autres. Un argument sur - domina tous les autres : comment pourrait - elle devenir aussi exceptionnelle que ses parents si elle restait enfermée dans son monde ? On l'obligea à voir du monde. Cela troubla la petite plus que cela ne l'aida. Elle fut perturbée. Ses repères vacillèrent, tout ce qu'elle avait construit s'effondra. Il ne restait plus de la petite que des vestiges dévastés. Elle ne savait plus où se mettre, quoi faire. On l'envoya voir une psychiatre, comme une gamine à problèmes. Ce n'était pas elle le problème. C'était les autres. L'enfer, c'est les autres.

Peu à peu, Léna se rouvrit au monde. Elle se rouvrit aux autres. De manière infime. Presque invisible. Son état s'améliora. Mais jamais la petite n'allait vers les autres. Elle avait beaucoup progressé. Elle avait dix ans. Ses parents ne venaient plus la voir que pour quelques grandes fêtes, comme Noël, son anniversaire. C'étaient les deux dates auxquelles ils étaient tenus de venir obligatoirement. Malgré tout, parfois ils ne pouvaient pas venir. Léna les détestait. Elle les détestait parce qu'elle savait que c'était à cause d'eux, tout ce cirque pour la sortir de la solitude. Sa sœur imaginaire n'existait plus. Elle ne croyait plus à rien de tout ce qui était imaginaire. Il n'était pas question qu'elle se fasse avoir. Pas deux fois.

Léna a à présent seize ans. Elle est timide, terriblement observatrice également. Elle repère le moindre détail, enregistre le moindre froissement de feuille, la position de chacun des objets. Léna a une mémoire photographique, mais elle ne le confie jamais à personne. Elle ne voulait pas être considérée comme une bête curieuse. Et puis, pourquoi leur dire cela alors qu'elle ne voulait même pas qu'ils s'intéressent à elle ? Elle est souvent les yeux dans le vague, ne sachant pas se détacher de la masse. Elle est plutôt mystérieuse mais pas ténébreuse, bien qu'elle soit friande des couleurs sombres, qui la cachent aux yeux des autres. Elle s'est quelque peu ouverte aux relations humaines et n'a pas trop de mal à parler de tout et de rien avec un de ses pairs. Mais elle est effrayée par les hommes, garçon et tout ce qui est de la gente masculine. Elle ne supporte pas un regard intéressé sur elle, la jeune fille se cache d'eux et ne sait presque pas piper mot devant eux. Cependant, elle est souvent submergée par ses bonnes manières. Elles sont sa ligne de conduite, on l'avait tellement ennuyée avec cela toute sa vie ...

Et puis tout a basculé. Wonderland a détruit ses conviction. Dans ce nouveau monde, elle se sent perdue, étrangère. Comme lorsqu'on l'avait confrontée à une vingtaine d'enfants, étant petite. Terrifiée, ne sachant pas comment agir. Elle était redevenue la petite fille aux cheveux noirs de son enfance. Elle repartait de nouveau de zéro. Le cauchemar recommençait.

PHYSIQUE.

¤ Watch the Sky.

Léna n'est pas belle. Ni laide. Juste une fille normale. Les regards ne se retournent pas sur son passage. Simples regards indifférents. Les seuls qui se retournent brusquement sont ceux qui analysent en elle ce qu'elle représente à leurs yeux : étrangère. Ses longs cheveux noirs encadrent son visage d'une blancheur que nulle crème auto-bronzante n'aurait jamais réussit à teindre. Ils ne voyaient pas ce qu'était Léna, dans son enveloppe charnelle. Lèvres discrètes, nez retroussé, petit gabarit, généralement accompagnée de carreaux noirs et blancs.

Léna fait attention à son allure, mais ne porte plus ses vêtements d'enfant modèle de l'autre monde. Elle se fond dans la masse. Elle porte toujours des couleurs aussi sombres que possible. Toujours pour échapper au regard des autres. Mais par survie cette fois. Pour pouvoir vivre, il fallait vivre cachée. Loin des yeux. Loin des cœurs. Il n'y avait que ça comme solution. Ses yeux sont d'un violet profond. Plus clair au centre qu'aux extrémités, la lumière semble éblouir le centre de son œil. C'est un simple contraste qui trompe le cerveau humain ; si humains il y a dans ce monde ... Plutôt fine comme le veut la règle, Léna a pris l'habitude de se vêtir de sweat shirt à capuche plutôt amples. Pour pouvoir éventuellement se cacher de regards trop lourds. Se cacher ... Toujours se cacher. Elle ne faisait plus que ça. Sa vie ne se résumait qu'à cette règle : cache - toi, si tu veux vivre. N'attire pas l'attention, soit invisible.

Alors Léna est invisible. Léna est mystérieuse. Léna n'est qu'ombre parmi ombre.


HISTOIRE.

¤ Speak to Sky.

Angleterre, quinze janvier 2011.

Une villa, luxueuse, entourée d'un jardin immense, à quinze minutes de Londres. Isolé, comme perdu en pleine cambrousse. A l'intérieur de la villa, un grand living - room, armé de divers canapés profonds et de deux ou trois tables basses. Immenses. Le salon ressemble à une salle de réception, peut - être tout de même plus petit. Une jeune fille blonde converse avec deux adultes.

« Je sors voir des amis.
- Tant que tu es rentrée pour le dîner.
- Ça me va. Léna, tu viens avec moi.
»

Une deuxième jeune fille, aux cheveux d'un noir ocre l'observe avec étonnement. Elle est dans un coin de la pièce, écartée des trois individus. Elle lui lance un regard interrogateur, un livre ouvert devant ses yeux. Visiblement, elle n'était pas trop emballée par la perspective de sortir dehors. Elle replongea le nez dans son livre, se renfonça dans son divan.

« C'était pas une question.
- J'avais compris.
- Heïdi, ne parle pas comme ça à Léna !
- Je ne suis pas aussi bien élevé qu'elle et vous en êtes chagrinés, je sais mais je suis comme ça ! Allez Léna, bouge, ça te fera prendre l'air.
- Heïdi !
- Je soooooors !
»

Heïdi fila dans le couloir et referma brusquement la porte derrière elle. Léna l'observa, exaspérée. Elle était bien, dans son divan baigné par le soleil, en train de lire tranquillement. Heïdi était ou hyperactive, ou incapable de prendre du bon temps. Ou bien elles avaient une vision différente de la chose. Léna déposa son livre sur la table basse, et suivit Heïdi à regrets. La mère d'Heïdi n'avait même pas fait mine de la suivre. Léna poussa la porte et se retrouva nez - à - nez avec Heïdi.

« Bouge.
- Allez s'il - te - plaît ...
- Non. J'ai dis pas à l'intérieur. Bouge.
- Vieux jeu !
- Gamine survoltée !
- Mmmh. Tu gagnes.
- Tes parents sont toujours aussi intéressés par ce que tu fais, hein ?
- Je leur dirais que je vais chercher de la coke, ils me laisseraient faire.
- De vraies mères - poules.
»

Heïdi éclata de rire, et Léna sourit. Elles enfilèrent manteaux et bottes, puis sortirent dehors. Le froid les mordit, mais elles firent comme si de rien n'était. Heïdi la conduisait vers le point de rendez - vous qu'elle avait établit avec ses amis, lorsque Léna lui tira brusquement la manche. Heïdi la regarda avec étonnement. La jeune fille aux cheveux noirs lui lança un regard implorant avant de lancer un regard à une boutique d'antiquaire. La blonde leva les yeux au ciel avant de soupirer.

« Tu veux vraiment aller là - dedans ?
- Oui, allez s'il - te - plaîîîît ...
- Pourquoi je te ferais ce plaisir ?
- S'il - te - plaît, chou !
- Tu ne m'as pas accordé ce que je voulais tout à l'heure.
- Bon, bon, d'accord ...
»

Heïdi afficha un sourire triomphant. Léna l'embrassa doucement et tira de nouveau sur sa manche. Son sourire se brisa et elle la suivit en grognant.

Léna savait pertinemment que Heïdi détestait ce genre d'endroits. Était - ce bien sa faute d'adorer ça ? Elle se plongea dans ses pensées. Cela faisait six mois qu'elle était en Angleterre. Ses parents étaient de riches français menant chacun des entreprises, qui ne faisaient pas plus attention à leur fille qu'à une fourmi, lui donnaient tout ce qu'elle voulait. Tant qu'elle n'appelait pas les services sociaux. Elle avait récemment demandé à partir en Angleterre dans une famille d'accueil, pour une durée indéterminée. Bien élevée, Léna était toujours pleine de manière, enseignée par une femme qui lui avait tout appris, mais pour laquelle elle n'avait aucune affection. Elle avait vécu dans la froideur. Ses parents n'avaient jamais remarqué quelque chose de particuliers chez elle. Léna avait une mémoire photographique. La seule à le savoir, c'était Heïdi. Les parents d'Heïdi étaient comme ceux de Léna. Indifférents. Mais Heïdi était plus rebelle, plus indisciplinée. Elle n'obéissait pas, tenait tête, était une peste horripilante et fanfaronne lorsque Léna était arrivée. Léna, sa timidité et sa solitude avait étrangement calmé Heïdi. Ses parents en avaient été ravis malgré tout, et furent heureux de l'arrivée de la petite française dans leur villa.

Léna observait avec curiosité un miroir. Il dégageait quelque chose de spécial ... C'était un miroir sur pied, plus grand qu'elle. Un bon mètre nonante, ce miroir. Elle le tapota du bout du doigt. L'antiquaire apparu à cet instant. Elle s'écarta du miroir, mine de rien. Mais elle y revenait sans cesse, ayant l'irrépressible envie de l'effleurer du bout du doigt. L'antiquaire lui adressa un sourire. Les bonnes manières de Léna voulaient qu'elle lui renvoie ce sourire. Ce qu'elle fit. Mais son sang se glaça. Cet antiquaire avait quelque chose d'effrayant. Elle se retourna, pour se donner une contenance. Elle reluqua les horloges, que Heïdi regardait vaguement. Elle l'appela doucement. La jeune fille semblait maussade. Léna sourit. Elle était adorable avec cet air d'enfant boudeur. Le regard de l'homme la poignarda dans le dos et elle réintégra la réalité. Dès qu'il se fut éloigné, elle adressa discrètement la parole à Heïdi. Deux ou trois autres personnes étaient dans la boutique, mais elle n'en était pas moins silencieuse.

« Heïdi, ce type me regarde bizarrement ...
- Qui ne te dévisagerait pas ?
- Mais il est vraiment ... presque effrayant.
- Je ferais gaffe à ce qu'il t'enlève pas, chou ♥.
»

Léna eut un regard faussement dubitatif, puis en revint à la contemplation du miroir. Elle en effleura les dessins en relief gravés sur les côtés dorés de l'immense morceau de verre. Cet objet exerçait comme une attraction obscure sur son esprit. Elle ne pouvait pas en détacher les yeux. Heïdi était partie dévisager les horloges à pendule, lui lançant de temps à autre des regards en coin. L'antiquaire manifesta sa présence. Léna ne détacha pas le regard du miroir.

« Un bien bel objet, n'est - ce pas ?
- Je dois bien avouer que oui. Je comptais bien l'ach ...
- Avez - vous comprit que c'était bien plus qu'un simple miroir ?
»

Léna lui lança un regard interdit. Dans le dos de l'homme, Heïdi avait le regard dirigé droit sur eux, tentant au maximum d'être discrète - tentative d'ailleurs vaine. Léna fronça les sourcils, examina de nouveau le miroir, effleura une nouvelle fois sa surface.

« Non.
- Vous me décevez ...
»

Le sang de Léna se glaça à nouveau dans ses veines. Le regard du type s'assombrit. Elle se sentit soudain menacée, prête à s'enfuir en quatrième vitesse. Mais le miroir, le miroir ... Ce gars n'était pas normal. Pas normal du tout. Il reprit soudain un visage tout à fait sympathique. Il n'en paru que plus effrayant encore.

« Je vais vous montrer, alors. Touchez donc ce miroir. »

L'homme prit la main de Léna, qui se laissa faire, médusée et terrifiée par l'antiquaire. Heïdi était arrivée presque en courant vers Léna lorsqu'il lui prit la main. Il la posa contre le miroir. Une étrange sensation prit Léna au fond de son âme ...

Puis l'homme tira son bras. Elle cru d'abord qu'elle allait s'écraser par terre avec les morceaux tranchants du miroir. Elle n'eut pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait. Les cris restèrent emprisonnés dans sa gorge. Elle avait l'impression de tomber dans un puits sans fond.

Soudain, lumière. Éclatante, éblouissante.
Léna était allongée dans l'herbe, comme si elle s'y était endormie.
Elle observa les alentours.

Ce n'était pas possible.
Ça n'existait pas.
Ce n'était qu'un cauchemar.
Elle hurla.

SMILE, GIRL. YOU'RE IN WONDERLAND.

Le joueur
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

PSEUDO : ... ♥.
ÂGE : Vierzehn Jahre alt.
CODES : OUAIS ♪
COMMENT AS-TU DÉCOUVERT MB ? N'Amûr ♥.
TON AVIS SUR LE FORUM : C'est moche : D.
AUTRE : DÉSOLÉE N'AMÛR n___n. Mais je suis tombée amoureuse de la chanson, c'est contre mon gré ( a ). Ah. Et si je retrouve les chansons - thèmes que je mets à chaque catégorie partout, j'hésite pas à frapper 8 D.


Dernière édition par Léna Liburn le Ven 25 Fév - 22:18, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rouge A. Nightingale



Messages : 18
Date d'inscription : 14/02/2011
Âge : 21
PUFF : Twinkle, Unlucky.

Mirror Card
« Âge du personnage »: 19 ans et demi.
« Particularité »: Je peux t'envoyer dans les airs par la force de ma pensée. ~
« Relations »:

MessageSujet: Re: Liburn LÉNA. [ END ]   Mer 23 Fév - 17:59

Bienvenue !
Ah que j'aime beaucoup l'histoire. :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Léna Liburn



Messages : 12
Date d'inscription : 20/02/2011
Âge : 22
PUFF : Crêpe.

Mirror Card
« Âge du personnage »: Seize ans.
« Particularité »: Etrangère.
« Relations »:

MessageSujet: Re: Liburn LÉNA. [ END ]   Ven 25 Fév - 22:13

    Wah comme tout le monde a des kit made by Zo - Chan *_*.
    Prez' bouclée, pas fière du tout du caractère n__n. Le physique est pas mirobolant mais j'ai réfléchis toute une semaine à l'histoire et j'en suis satisfaite o/.
    Bref. Enjoy. Et bonne lecture à ceux qui auront le courage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tenshi Kuro

ADMINISTRATRICEPANDA }
I kick your ass


Messages : 4
Date d'inscription : 07/01/2011
Âge : 107
PUFF : Wistii, Pandatella.

Mirror Card
« Âge du personnage »: Inconnu.
« Particularité »: Passe-muraille ; peut traverser la matière.
« Relations »:

MessageSujet: Re: Liburn LÉNA. [ END ]   Sam 26 Fév - 10:21

    Normal, Zodi est un être suprême.
    *Fière de son élève*

    Bienvenue, larve anthropophage. Validé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
GRETEL.

ADMINISTRATRICELEVI }
spongebob version humain


Messages : 84
Date d'inscription : 25/01/2011
Âge : 22
PUFF : Levi.

Mirror Card
« Âge du personnage »: ~
« Particularité »: Noie-toi dans mes yeuuux *_*. Je suis belle hein ?
« Relations »:

MessageSujet: Re: Liburn LÉNA. [ END ]   Mer 2 Mar - 5:49

    J'aiime *^* c'est classe. Bravo N'amûr, bienvenue ♥.
    Ah et pour la chanson je te pardonne naturellement n__n.
    Je suis même contente qu'elle t'ait plu.

    "Les cris restèrent emprisonnés dans sa gorge." Oo. Copyright. *mur*
    XDD Wah la chute me rapelle énormément ma présentation pour Jasper...

_________________

Zodi ♥.
&
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Liburn LÉNA. [ END ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Liburn LÉNA. [ END ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: A poil John • Derrière le rideau. :: Présentation. :: Validés.-
Sauter vers: