T h e m e 3.0 ;; hyde ♥
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hi Darling ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Elliot.



Messages : 9
Date d'inscription : 23/02/2011
Âge : 22
PUFF : Lune ~

Mirror Card
« Âge du personnage »: //
« Particularité »: Deamon.
« Relations »:

MessageSujet: Hi Darling ~   Mer 23 Fév - 10:53

      Le Personnage
      ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

      NOM COMPLET : Elliot L. Rosebury
      SURNOM : Elliot.
      ÂGE : 17 ans.
      SEXE :
      ORIENTATION SEXUELLE : Bi, ça ouvre plus de portes ~
      RÔLE : Mafia powa.
      PARTICULARITÉ : A venir.
      OCCUPATION :Chocolat èUé
      THÈME MUSICAL :Monster.
      CITATION : » Alors il y aura un rire immense de désespoir quand les hommes verront ce vide, quand il faudra quitter la vie pour la mort — pour la mort qui mange, qui a toujours faim...

    CARACTÈRE.
    Que dire, que dire.. Elliot aime les gens. Enfin.. Il n'aime pas l'être en question, mais il aime l'âme qui s'accroche plus ou moins bien à chaque habitant de Wonderland, du simple étranger au monstre le plus repoussant. Il ne veut pas l'avouer mais il aime l'éclat dans les yeux des enfants qui courent dans la rue, la jeune fille qui passe sur son vélo en sifflant, le clodo du coin qui fait faire des tours à son chien tout miteux, l'absurde petite vieille complètement folle qui passe son temps au bistro avec trois musclés en Marcel, le petit couple qui ne voit pas la misère, et le soleil sur tout ça qui raccourci les jupes et éclaire les visages de sourires inutiles, ou la pluie qui donne un air soucieux et pressé, la neige qui transforme en enfant, ou même les feuilles de l'automne qui rendent les yeux humides... Oui, qu'importe la saison, qu'importe l'instant, le contexte, il aime la vie qui palpite autour de lui et passerait des heures à contempler son fourmillement affairé, sa chaleur réconfortante.. Il a foi en la vie. Une foi inébranlable. Une foi qui pourrait même se tourner en obsession quand on observe sa fascination certaine pour ceux qu'il juge plus puissant que lui -d'après des critères que lui même ne comprend pas- ainsi qu'un intérêt profond pour les histoires des étrangers, parce qu'à force, il s'ennuie le pauvre, il est difficile à cerner alors les gens évitent de se lancer, et il s'ennuie. Effectivement le jeune homme est distant, pas froid non, mais il garde toujours une certaine marge "de précaution" avec les événements, avec les problèmes, avec tout. De cette façon il lui est plus simple de se sortir des situations délicates, tant il lui est facile de réagir avec un détachement certain et assez déconcertant. Pas qu'il ne s'en préoccupe pas, il préfère seulement ne pas trop avoir d'attache comme ses activités l'y pousse. Ce qui rend le monde encore plus chiant et qui le fait se contredire lui même sur son envie de se mêler aux histoires des autres pour rendre le monde moins chiant mais qui au final, vu de cette contradiction dans son esprit et dans ses attitudes est, après réflexion toujours plus chiant, voyez vous.
    Mis à part ce point qui le fera toujours vraiment.. chier, ajoutons que le jeune homme est quelqu'un qui, en milieu social, quand on a briser un temps soit peu sa carapace de regards perdus et d'éloignement certain ou quand on a tout simplement osé passer à travers l'aura inaccessibilité qui l'entoure, dévoile quelqu'un de très sympathique, d'intéressé, d'attentionné, un peu timide et de parfois, contrairement à ce que l'on pense, contrôlé par ses émotions dans d'étranges pulsions stupides et incontrôlées qui le pousse par exemple à aborder un inconnu dans la rue pour lui souffler en se mordillant les lèvres qu'il le trouve absolument magnifique. Oui, parfaitement, des choses qu'il se reproche pendant des semaines sans que cela y change quelque chose. Comme s'il était né pour être de ces gens spontanés, débordant d'énergie qui ne sont régit que par leurs envies et qu'il n'avait pas choisi le bon chemin, qui sait.


    PHYSIQUE.
    Elliot ne se considère pas comme "beau", il n'en a pas la prétention.. Mais se plait à se penser banal. Et c'est cette banalité qui attire, cette singularité pas si singulière qui ressort, ce regard pénétrant et pourtant si vide de sentiments, cette allure détachée alors que tout son être est concentré, ce sourire qui semble "pas fait exprès", si naturel qu'on aurait envie de lui voler, cet air un peu hautain qu'on arrive jamais à bien interpréter, et il le sait... Des cheveux qui lui retombent sur le visage, noirs, bruns foncés au soleil, aux reflets bleutés comme les ailes des corbeaux; un visage aux traits fins, des yeux noirs aux reflets rouges dont on ne connait l'origine et qu'on se demande parfois s'ils sont réels ou fruit de notre imagination, un regard incertain, toujours vers le lointain, jamais vraiment fixé, cette envie d'escapade qu'il recherche et qu'il retrouve dans la vie des autres, dans les nouvelles de L'autre monde. Plutôt grand, pas trop. Un corps mince qu'on envie. Une peau pale qui contraste avec sa chevelure sans être pour autant paraitre maladive comme sur certains. Une voix grave, un peu brisée, une voix qui accroche et qui envoute.. Effectivement cela ne fait pas parti du physique et pourtant dans son cas on pourrait presque l'utiliser comme facteur en sa faveur. Une belle voix en somme. Des mains fines elles aussi, très peu abimées, comme si rien ne pouvait l'atteindre. Un style assez étrange parfois, pas commun et pourtant plaisant à l'œil sans que l'assemblage des vêtements ai un sens quelconque. D'ailleurs il s'en fout un peu hein. Pas besoin de lui faire remarquer, il ne changera rien. Quelqu'un qui semble délicat et qui pourtant ne s'observera dans le miroir poussiéreux du château que quelques minutes, le matin, histoire de se recoiffer, d'être présentable, pas plus. Une étrange beauté.


    HISTOIRE.
    Enfance.

    Les rayons du soleil levant traversaient les volets en de fines bandes lumineuses et striaient les visages endormis des enfants de l'orphelinat. Une nurse entra doucement dans le dortoir, entreprit de remettre son bonnet avec maladresse, prit une grande inspiration et frappa ses mains l'une contre l'autre dans un claquement retentissant . Tout les enfants sursautèrent et avant qu'ils n'aient pu se rassurer, l'épaisse femme, étriquée dans sa robe de service, ouvrit les volets, faisant pénétrer un flot de lumière à peine supportable. Elliot émit un grognement sourd avant de se recroqueviller dans ses draps comme pour se protéger. Près de lui ses camarades émergeaient, baillaient violemment et puis descendaient leur lit à la file, pour le petit déjeuner. Au bout d'une dizaine de minute il ne restait plus dans le dortoir qu'Elliot et la Nurse, dont le front plissé montrait un désarroi profond et presque théâtral.
    « - Elliot ?
    - Hrmkgmhf…
    Grogna-t-il de nouveau avant d’enfouir sa tête sous l’oreiller. La femme au front préoccupé marqua un peu plus son unique ride avant d’attraper le protecteur du jeune garçon à pleine main.
    « - Ça suffit maintenant ! C’est tous les jours la même chose !! »
    Elliot se crispa, sentant au dessus de lui le léger décollement de l’oreiller… Elle allait l’enlever, elle allait soulever sa protection et l’obliger à se lever, comme à chaque fois. Mais étrangement aujourd’hui il ne voulait pas, il en avait marre, marre de ce traintrain quotidien, marre de cet enfermement, marre de cette solitude qu’il se créait lui même, marre, marre, marre. Mais sans prendre compte de son dialogue intérieur la nurse le fit, brusquement, à l’instant même ou Elliot se retournait et plantait sauvagement ses ongles dans le bras décidément ennemi qui s’offrait à lui. Elle hurla, plus de surprise que de douleur, ne faisant que renforcer la prise du gamin, gardant l’oreiller suspendu au dessus de sa tête., pensant qu’il allait lâcher prise. Mais il ne le fit pas, il s’accrocha de plus belle, rageusement, pris dans un tourbillon d’adrénaline. Voyant de longs filets de sang se former sur son avant bras et couler goutte à goutte sur l’oreiller elle ouvrit la main, terrifiée et le laissa tomber sur Elliot. Le gamin poussa son protecteur d’un revers de la main et s’arrêta pour contempler l’étrange couleur du sang sur le tissu. Son regard passa ensuite sur la nurse qui, venant de reculer de plusieurs mètres, le contemplait, inquiète. Elliot ne pouvait le voir mais ses yeux étaient rouges, et féroces.
    « - La prochaine fois … ! »
    Mais la prochaine fois ne viendrait pas, et il le savait. Quand elle fut partie le gamin s’étendit avec délices dans son lit et laissa ses muscles se détendre à mesure que le sommeil le gagnait… Victoire… ~
    Une vie sans grands soucis, juste celui de se nourrir, de dormir et de vive avec l'espoir d'une libération, un jour. Des journées ordinaires à l'orphelinat. Levé à 9h30 pour lui, 7h pour les autres, des activités sportives après le petit déjeuner, quelques instants de liberté pendant lesquels il pouvait observer avec curiosité les filles, de l'autre côté de la grille, plonger son regard dans les yeux de sa proie et la voir détourner les yeux en rougissant. Retour dans le grand bâtiment pour deux heures d'étude ennuyeuses à mourir qu'il passait à essayer d'ouvrir la fiole pendue à la chaine de son collier. Une heure pour manger et deux autres heures de travail, venait ensuite une heure "libre" ou chacun pouvait aller et venir dans les poussiéreux couloirs de l'orphelinat, jouer, rire, grandir, un peu. Et enfin le soir venait, et les enfants s'installaient sur le perron, en face du jardin, les yeux levés vers l'infini, attendre que le soleil se couche, attendre que le temps passe, attendre qu'il change... Et les jours s'égrenaient peu à peu.. Ici, mieux valait ne pas avoir d'attaches, car même si Elliot n'avait jamais vécu autrement qu'en suivant la routine de l'orphelinat, il savait que tout pouvait changer d'un moment à l'autre, et qu'un jour, un jour peut être on l'emmènerait. Mais ce jour ne vint pas, jamais. Chaque fins de semaines on ouvrait les lourdes portes de métal, chaque fins de semaines on voyait pénétrer dans l'enceinte du bâtiment quelques couples, émerveillés. Et toutes ses fins de semaines un enfant partait, le sourire aux lèvres, les mains dans celles de ce qu'ils appelaient tous avec une joie démesurée "parents". Comment pouvaient-ils d'ambler aimer de parfaits inconnus ? Lui ne pouvait pas. Et malgré son désir de changement il ne pouvait qu'être hostile quand les couples passaient devant lui. Apeurés par ses lèvres retroussés, par ses cheveux en bataille qui lui tombait sur le visage ou simplement par la lueur rouge qui brillait dans ses yeux, nul ne le sait mais Elliot ne fut jamais adopté et n'eut jamais le privilège d'avoir des "parents"...

    Adolescence.
    Il grandissait au fil des années qui passaient, lentement mais surement. La lueur de ses yeux ne le quittait plus, les nurses ne faisaient plus attention à lui et atteint la quinzaine le jeune homme se trouva dans l'obligation de chercher du travail. La liberté qu'il avait toujours adulée lui était de plus en plus accordé. Bientôt il pu sortir des journées entières et se débrouillait pour sortir la nuit, dans l'espoir de trouver un poste, et de l'argent, vite. La mafia lui apparut alors comme une évidence. Lui, était jeune, robuste, hargneux peut être, rapide, mécontent de la société actuelle. Son poste lui offrait un toit, un chef sympathique, attirant et de l'argent, sans grands efforts. Juste celui de falsifier, de dissimuler, d'espionner. Un métier passionnant qu'il occupa jusqu'à l'age de 16 ans, pour de petits travaux. Le jour de son anniversaire le directeur le convoqua dans son bureau et lui annonça d'une voix solennelle qu'il avait à présent l'âge de vivre sa vie comme bon lui semblait, loin de l'orphelinat. Ou plutôt que chaque jours des enfants arrivaient et qu'il avait besoin de place puisqu'Elliot n'avait plus aucune chance de trouver une famille. Le jeune homme lui adressa son plus beau sourire, monta au dortoir et s'arrêta quelques instants sur le pas de la porte pour réfléchir. Il attrapa ensuite son sac et y jeta un drap qui ne lui appartenait pas mais que les nurses oublieraient bien vite, un paquet de biscuits qu'il avait subtilisé au refectoir, le contenu de son tiroir et son manteau aux poches alourdies par l'argent qu'il avait pu gagner en un an de service auprès de la mafia. La dessus le jeune homme s'assura que son collier, seul vrai bien lui appartenant, qu'il ne détachait que la nuit était bien autour de son cou et sur ce, claqua définitivement la porte de sa prison, sans regrets aucuns pour cette vie bien trop monotone à son gout.
    Une nouvelle vie.
    Elliot ouvrit lentement les yeux, cela faisait bien deux heures qu'il s'était assoupi sur son lit, après avoir tourné en rond dans l'ancien château de la reine pendant au moins deux heures de plus. Cela faisait peu de temps qu'il était un membre à part entière de la mafia et aujourd'hui il allait de voir tuer. Oui, tuer. Par la large fenêtre de sa chambre il apercevait les lumières colorées et agressives de Purple town, voie lactée dans l'obscurité de la nuit dont les douces effluves venait caresser son visage encore endormi. Un conseiller de la Reine. Un homme dont il ne devait pas savoir le nom tant que l'unité n'avait pas une entière confiance en ses capacités de tueur. Lui même ne savait pas s'il allait y parvenir. Mais pourquoi pas ? Tout l'assassinat était décrit sur une vague feuille déchirée, d'une écriture rapide et acérée lui indiquant le lieu, une description de l'homme, la manière avec laquelle il allait procéder, la rue dans laquelle il allait devoir laisser le corps et la somme finale qu'il toucherait s'il réussissait sa mission. Elliot se releva en gémissant. Alluma la télévision et zappa avec anxiété entre programmes pornographiques et films d'horreurs, il ne regardait pas, les yeux fixés sur la ville, sur l'agitation de la vie, sur la lumière de celle qu'il allait bientôt éteindre, faire disparaitre à jamais. Il allait devenir le méchant, pour de vrai, le loup que l'on craint et d'un coup de balle, d'une seconde d'inattention il allait plonger sa proie dans l'obscurité, et dans les limbes éternelles de la mort. D'un seul geste. Si simple en paroles et pourtant... Le jeune homme secoua la tête et se leva vers l'un des tiroirs de son bureau qu'il ouvrit lentement avant d'en sortir l'arme du crime. Un joli flingue, noir. Il avait appris à s'en servir, comme les multiples armes contenues dans le meuble, mais jamais pour tuer, jamais sur une vraie cible. Il se jeta une nouvelle fois dans son immense lit et contempla un instant son arme à la lumière de la télévision avant que son regard de fasse la mise au point sur l'écran et qu'il l'éteigne, dégouté par les vulgaires images qu'elle diffusait. De toute façon il était l'heure... Elliot attrapa sa veste, mit l'objet dans sa poche et enfila sa paire de botte avant de traverser le château, éclairé de toutes parts par les chambres ouvertes et le grand salon, occupé par les membres encore debout à cette heure. Passé l'entrée il inspira l'air nocturne avec anxiété et délectation. L'air frais lui emplit les poumons et lui donna un peu du courage qui lui manquait cruellement à l'instant. Puis il se mit en route, avançant rapidement dans les ruelles, pour ne pas se faire voir par la police, pour attendre le conseiller véreux à la sortie d'un bar bien connu pour les services qu'il rendait et auquel il se rendait presque tous les soirs. Il avait une vingtaine de minutes d'avances, comme prévu sur sa feuille d'instruction. Et bientot il apparut. Un homme plutôt épais, le crâne à demi-chauve, la peau luisante sous son costume à présent débraillé, et même à plusieurs mètres Elliot savait qu'il empestait l'alcool. Sa proie émit un grognement animal en se rendant compte que sa voiture de service n'était plus là -enlevée par la mafia, bien evidemment- et s'engagea dans une rue commerçante, suivi de près par le jeune homme. Au bout de quelques minutes le "gros" bifurqua dans une petite rue, transformée en impasse pendant la journée... Tout ce passait à merveille, la mise en scène avait fonctionné. Il était coincé à présent, Elliot pouvait agir, il le devait...
    Constatant qu'il ne pouvait pas passer par son chemin habituel le conseiller fit volte face en grommelant et s'arrêta net. On lui barrait la route, un jeune homme dont il n'apercevait que les yeux, étrangement rouges, et dont l'ombre se projetait jusque sur son visage porcin, une ombre grande, et qui ne dégageait pas que de l'ombre, comme une puissance qu'il ne connaissait pas. Le jeune homme s'approcha et il pu apercevoir son sourire, en fin de compte il se demandait s'il n'avait pas affaire à un monstre et se mit à paniquer. Il pourrait appeler la police peut être... S'il en avait le temps...
    Elliot bondit sur l'homme qui se jeta sur le côté dans un cri aigu. L'adrénaline parcourait ses veines, ses doigts tremblaient, il avait l'impression que tout son corps se hérissait, cette peur qui l'envahissait s'était transformée et il sentait son collier palpiter contre son torse sans pour autant y prêter la moindre attention, son souffle s'accélérait et ses dents lui faisait mal. L'homme se colla contre un mur, maintenant terrifié par la "bête" qui semblait lui en vouloir. Elliot le plaqua au mur et sortit son arme. Il fallait faire vite avant que les gardes du corps de retrouvent leurs esprits et partent à la recherche de leur maitre. L'homme hoqueta en voyant l'éclat du pistolet et tâta sa veste le plus discrètement possible avant d'envoyer un violent coup de pied dans le bras d'Elliot, faisant voler son arme à une bonne dizaine de mètres. Le conseiller, imbibé d'alcool, profita de la surprise de son ennemi pour sortir un petit revolver qu'il estimait de la fin du 19eme siècles du temps compté chez les étrangers, mais il n'eut pas le temps de s'interroger sur l'origine de cette arme car l'homme tira, la balle se planta dans une de ses côtes et le projeta en arrière. Tout ça ne se passait pas comme prévu et la force qui semblait l'habiter quelques secondes auparavant venait de se volatiliser avec le bruit sourd de la détonation. Le gros homme se mit à courir vers la sortie de l'impasse. Elliot, plié en deux commença à paniquer. Il allait perdre son job, il allait perdre sa crédibilité, il allait finir en prison, la mafia allait être découverte... Non.. NON. Avec la rage du désespoir il se releva et partit à la poursuite de l'homme, dans les ruelles sombres que ce dernier avait eu la bêtise d'emprunter. Rien n'était encore perdu. Le contenu de la fiole se remit à palpiter, sa course s'accéléra et la fatigue disparu avec la douleur du coup, il le rattrapait. Il rattrapait sa proie. D'un bond qui lui parut immense Elliot faucha sa proie et ils roulèrent au sol avant de s'écraser violemment contre un mur. Son ennemi brandit à nouveau son arme et tira, une fois, de fois dans son abdomen. Un sourire éclairait son visage reluisant. Et pourtant l'emprise qu'exerçait le jeune homme ne faiblit pas, au contraire il s'approcha peu à peu de sa gorge, dévoilant une paire de véritables crocs, et la bête au dessus de lui ne lui laissa le temps que d'apercevoir une dernière fois son regard assassin avant de hurler de douleur tandis qu'Elliot l'égorgeait. C'était fini.
    Lentement le jeune homme se releva, il se trouvait dans la ruelle ou il aurait dû apporter le corps, il avait perdu son arme et la douleur des balles venait enfin le frapper. Il porta ses mains contre la blessure qui tachait à présent son t-shirt et tomba à genoux en serrant les dents. Une larme vint même rouler sur sa joue et bientôt il s'évanouit, prit d'un mal de tête épouvantable.

    Quand il ouvrit de nouveau les yeux il était dans sa chambre, torse nu sur son lit, on avait bandé ses blessures et surtout, on l'avait ramené dans la nuit à l'ancien chateau de la Reine. Il sourit interieurement et releva un peu la tête pour apercevoir le petit paquet de billets promis trôner sur son bureau. Dans un soupir de soulagement il laissa sa tête retomber sur l'oreiller, il avait sa place à présent...



    Le joueur
    ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

    PSEUDO : Lune.
    ÂGE :15 ans 8D
    CODES : C O O L /o/ .
    COMMENT AS-TU DÉCOUVERT MB ? Levi sait être persuasive ~
    TON AVIS SUR LE FORUM : Vraiment cool •o•
    AUTRE :


Dernière édition par Elliot. le Mer 13 Avr - 12:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Saika



Messages : 40
Date d'inscription : 19/02/2011
Âge : 21
PUFF : Kira \o/

Mirror Card
« Âge du personnage »: 16
« Particularité »: Ses yeux rouges ~
« Relations »:

MessageSujet: Re: Hi Darling ~   Mer 23 Fév - 12:01

HAAA HAAA 8D

Lune <3
J'avoue les quinze ans ça fait bien sur le CV
Amuse toi bien avec Kasuka ~
*ELLIOT LE PEDOBEAR HEIN ? *fuit*

Bienvenue, on se tapera un RP quand j'serais revenue et que j'aurais tapé la presentation de Saika ~


Dernière édition par Saika le Jeu 24 Fév - 23:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elly J. Mown



Messages : 12
Date d'inscription : 13/02/2011
Âge : 20
PUFF : Iullaw

MessageSujet: Re: Hi Darling ~   Mer 23 Fév - 17:07

    Wilkommen, Elliot.
    Bonne chance pour la suite ^_^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blacks-and-white.monally.com/
avatar
Rouge A. Nightingale



Messages : 18
Date d'inscription : 14/02/2011
Âge : 21
PUFF : Twinkle, Unlucky.

Mirror Card
« Âge du personnage »: 19 ans et demi.
« Particularité »: Je peux t'envoyer dans les airs par la force de ma pensée. ~
« Relations »:

MessageSujet: Re: Hi Darling ~   Mer 23 Fév - 18:03

Welcome !
Bonne continuation de ta présentation. =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kamlyn



Messages : 25
Date d'inscription : 25/01/2011
PUFF : Jumpy / Sunshine

MessageSujet: Re: Hi Darling ~   Mer 23 Fév - 19:34

Lune :3
Joyeux Anniv, au fait xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elliot.



Messages : 9
Date d'inscription : 23/02/2011
Âge : 22
PUFF : Lune ~

Mirror Card
« Âge du personnage »: //
« Particularité »: Deamon.
« Relations »:

MessageSujet: Re: Hi Darling ~   Jeu 24 Fév - 21:22

Yaha Elliot le Pedobeaar ~
Muha merci <3
*15 ans, merde, déjà xD /PAN/*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LLOYD *

ADMINISTRATEURHYDE }
fashion licorn ♪


Messages : 53
Date d'inscription : 10/01/2011
Âge : 23
PUFF : H Y D E ► ♥

Mirror Card
« Âge du personnage »: inconnu †
« Particularité »: contrôle son ossature.
« Relations »:

MessageSujet: Re: Hi Darling ~   Sam 26 Fév - 17:20

    Au skii ~ :O.
    Salut Lune ♥

    Et les avatars, les gens c'est 200x350 pas plus, pas moins D:.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elliot.



Messages : 9
Date d'inscription : 23/02/2011
Âge : 22
PUFF : Lune ~

Mirror Card
« Âge du personnage »: //
« Particularité »: Deamon.
« Relations »:

MessageSujet: Re: Hi Darling ~   Dim 27 Fév - 10:39

Au skii ? *o*
* Toujours à fond sur Hyde_bis qui discutait avec une caissière devant elle XD *
Hey hey 'doutouchou ♥

Hm Kira je kiff ta signa.. et ta prez'.. et Saika!\o/
*Pour la signa c'est normal, Darling elle défonce tout >O< *

Hrm bref. Je finis quand j'ai le temps D8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Saika



Messages : 40
Date d'inscription : 19/02/2011
Âge : 21
PUFF : Kira \o/

Mirror Card
« Âge du personnage »: 16
« Particularité »: Ses yeux rouges ~
« Relations »:

MessageSujet: Re: Hi Darling ~   Dim 27 Mar - 15:49

J'aime le début de l'histoire et le theme musical 8D

*continue, continue \o\*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ayane Akamaru



Messages : 43
Date d'inscription : 02/03/2011
Âge : 22
PUFF : Smoos'

Mirror Card
« Âge du personnage »: 20 Ans ~
« Particularité »: Elle a un don pour pratiquer les sports. Elle sait aussi très bien se défendre.
« Relations »:

MessageSujet: Re: Hi Darling ~   Dim 27 Mar - 16:22

Bienvenue ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elliot.



Messages : 9
Date d'inscription : 23/02/2011
Âge : 22
PUFF : Lune ~

Mirror Card
« Âge du personnage »: //
« Particularité »: Deamon.
« Relations »:

MessageSujet: Re: Hi Darling ~   Mer 13 Avr - 12:14

Présentation terminée, je VEUX RP èUé
*crève*
Ouhais et je vais demander une signa à Zodi aussi (L)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
GRETEL.

ADMINISTRATRICELEVI }
spongebob version humain


Messages : 84
Date d'inscription : 25/01/2011
Âge : 22
PUFF : Levi.

Mirror Card
« Âge du personnage »: ~
« Particularité »: Noie-toi dans mes yeuuux *_*. Je suis belle hein ?
« Relations »:

MessageSujet: Re: Hi Darling ~   Mer 13 Avr - 12:29

    ♥ Félicitations Lun-lun', j'aime beaucoup. Codes ? :3

EDIT : Ah pardon Hyde X3.

_________________

Zodi ♥.
&


Dernière édition par GRETEL. le Mer 13 Avr - 18:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Saika



Messages : 40
Date d'inscription : 19/02/2011
Âge : 21
PUFF : Kira \o/

Mirror Card
« Âge du personnage »: 16
« Particularité »: Ses yeux rouges ~
« Relations »:

MessageSujet: Re: Hi Darling ~   Mer 13 Avr - 14:39

J'aiiime <3

*Lévi, les codes ont étés validés dès le début, par Hyde je crois :0*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LLOYD *

ADMINISTRATEURHYDE }
fashion licorn ♪


Messages : 53
Date d'inscription : 10/01/2011
Âge : 23
PUFF : H Y D E ► ♥

Mirror Card
« Âge du personnage »: inconnu †
« Particularité »: contrôle son ossature.
« Relations »:

MessageSujet: Re: Hi Darling ~   Mer 13 Avr - 14:40

    Validé, Gretel c'est moi qui est mis COOL /o/ èOé

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hi Darling ~   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hi Darling ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: A poil John • Derrière le rideau. :: Présentation. :: Validés.-
Sauter vers: