T h e m e 3.0 ;; hyde ♥
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 SVEN.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Sven Alexander.



Messages : 7
Date d'inscription : 20/02/2011
Âge : 24
PUFF : Kasha.

Mirror Card
« Âge du personnage »: 21 ans.
« Particularité »: Sens surdéveloppés.
« Relations »:

MessageSujet: SVEN.    Dim 27 Fév - 16:05


      Sven.
      ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

      NOM COMPLET : Sven Alexander.
      SURNOM : //
      ÂGE : 21 ans.
      SEXE : Homme.
      ORIENTATION SEXUELLE :
      RÔLE : Mafieux.
      PARTICULARITÉ : Ses sens sont surdéveloppés.
      OCCUPATION :
      THÈME MUSICAL : Animal I have become.
      CITATION : « Je vis ma vie librement, sans compromis, et je marche vers l'ombre sans griefs, ni regrets. » Rorschach

    CARACTÈRE.
    Instable. Il est difficile de le cerner dans sa totalité. Un jour il est cet aristocrate, calme, peut-être trop poli et faussement gentil, et le lendemain il est cet animal indomptable aux accès de rages incontrôlables. (Sa mère souffrant d'un trouble bipolaire, c'est sans doute d'elle qu'il tient cette dualité dans son caractère.)

    Mécanique. Gestes mécaniques, pensées mécaniques, émotions mécaniques. Si émotions il y a. Sven est une machine. Ça ne fait pas de lui un idiot, mais seulement un être incontrôlable, dirigé par des pulsions et impulsions. Son mental, son esprit à été formaté pour tuer. Il ne connait pas d’alternative. Malgré tout, il peut se montrer très méticuleux et ne rien laisser au hasard. Et lorsqu’il est en chasse, il est pratiquement impossible de lui échapper, ses sens font de lui un traqueur hors pair.

    Sauvage. C’est un animal. Une bête violente et sans lois. Tel un loup, il ne répond qu’à ses instincts premiers. Tout ce qu’il fait porte la marque de la bestialité. C’est un prédateur. Cet aspect de sa personnalité est d’autant plus exacerbé qu’il repère les gens grâce à leur odeur. Et il n’oublie jamais un effluve.

    Froid. Impassible. Il dissimule tout ce qui l’habite derrière un masque de pierre. Pourtant, ne vous méprenez pas, comme tout le monde, il ressent, il a des émotions. Personne ne peut prétendre en être dépourvu, même dans la pire noirceur, une lumière subsiste toujours. Sa lumière à lui est seulement mieux cachée que chez l’humain moyen. Ces émotions futiles ne doivent pas interférer sur son travail.

    Joueur. Et un peu séducteur à ses heures. Il se sent supérieur et s’amuse de la faiblesse de ses congénères. Il aime également profiter des plaisirs de la vie. Par ailleurs Sven ne se fait pas d’amis, seulement des relations d’intérêt. Tout est pensé pour servir son but personnel. Son égo est surdimensionné.

    PHYSIQUE.
    Sven est l’allégorie de la finesse et de l’élégance malgré cette aura de bestialité qui l’entoure. Sentiments contradictoires, physique contradictoire, il est l’incarnation même de sa lutte intérieure.

    Il est assez grand, -dans les 1 mètre 85 environ -. Il est élancé, ses muscles fins et noueux n’entachant pas l’apparence gracile et gracieuse de son corps. Il est souple et se déplace silencieusement, mesurant chacun de ses pas, chacun de ses gestes.

    Il a le visage en lame de couteau, allongé, lui donnant un air vicieux et vicié. Son regard est perçant, presque provocateur tant il déborde d’arrogance. Il est surligné par des sourcils étirés qui approfondissent et assombrissent ses yeux déjà noirs comme la nuit elle-même.

    Ses lèvres fines et pâles étirent sa bouche en un demi-sourire charmeur. Parce que oui, il est charmant. Il y a quelque chose d’attirant chez lui, de beau. Ses traits sont délicats, presque candides. Sa peau est claire, laiteuse, telle de la porcelaine.

    Ses cheveux sont d’un noir de jais, mi longs, toujours parfaitement arrangés. Ses longues mèches lui tombent sur le front, couvrant son regard d’un voile de nuit.

    HISTOIRE.

    « Règle numéro 1 : tu ne dois jamais, JAMAIS, faire confiance à un étranger. Tu m’as comprise ?

    L’enfant acquiesça, sans vraiment comprendre. Ses yeux noirs et perçants braqués sur le visage de la femme avec une once de frayeur. Sa mère. Abusée, violée par le fruit de son amour : un étranger, alors qu’elle n’était qu’une douce héroïne de 17 ans. Elle fronça les sourcils. Pourquoi avait-elle gardé cet enfant ? Ses cheveux de jais, sa peau laiteuse, il était le même. Peut-être était-ce pour ressentir ce serrement de cœur, cet accès de rage chaque fois qu’elle posait ses yeux clairs sur lui, et se rappeler à quel point les étrangers sont mauvais. Peut-être. Elle dévisagea son fils de 10 ans une nouvelle fois. Il était jeune, mais elle savait qu’il serait à la hauteur. Elle ne lui avait pas offert la plus belle enfance que l’on puisse souhaiter. Toujours absente, à la chasse, il avait du apprendre à se débrouiller. C’est pour cette raison qu’elle lui faisait confiance. Elle s’agenouilla et prit le visage de Sven entre ses mains couvertes de cicatrices, dessinant comme des fils blancs sur sa peau.

    - Ni aux étrangers, ni à personne, ajouta t’elle. Quelque soit la situation, tu ne pourras jamais te fier qu’à toi-même. Je ne serais pas toujours là.

    Elle déposa un baiser dans ses cheveux et se leva avant de faire quelques pas dans le salon de leur modeste demeure. Le plancher grinça désagréablement sous son poids. Son regard s’accrocha à un croissant de lune brillant derrière le carreau. Elle resta silencieuse un instant, puis tira une boite en bois usé d’un tiroir avant de la poser sur la table. Sven s’approcha timidement, le regard luisant de curiosité. Sa mère l’ouvrit et en tira un couteau en argent, presque neuf tant il brillait sous la lune. D’une main sûre, elle le tendit à l’enfant qui hésita un instant, puis s’en empara avidement comme s’il s’agissait du plus beau cadeau qu’il ai jamais eu. Ça l’était, indubitablement. Il le tournait, et le retournait entre ses mains, ne se lassant pas d’entrevoir son reflet dans la lame miroitante.

    - Il est temps pour toi de l’avoir, murmura t’elle. Je ne veux pas que tu t’en sépares, sous aucun prétexte. Mets-le sous ton oreiller. Et si quelqu’un entre pendant mon absence … Tu sais ce que tu as à faire.

    Elle le jaugea durement. Il n’y avait d’inquiétude ni dans ses yeux, ni dans le ton de sa voix, mais sa main gauche tremblait d’angoisse, bien qu’elle tenta de la dissimuler dans un pli de sa chemise. Depuis ce qui était arrivé, elle avait peur. Tout le temps. Même si elle restait impassible devant son fils. Elle était persuadée qu’il y avait un complot contre elle, contre sa famille, et que les étrangers allaient venir la chercher. C’est pour ça qu’elle les chassait. C’est pour ça qu’elle les tuait. La paranoïa l’emportait sur sa raison, jour après jour.

    - Va te coucher maintenant, Sven. Je te promets d’être de retour demain soir. »

    Le garçon lui tendit une main minuscule qu’elle serra dans la sienne quelques secondes avant de se détourner et de marcher vers l’entrée. Tu seras un grand chasseur, mon fils, souffla t’elle avant de disparaitre dans l’obscurité du couloir et de claquer la porte derrière elle.


    Sven ne parvenait pas à trouver le sommeil. Il y avait trop de bruits, trop de grincements. Il se tournait et se retournait dans son lit cherchant à chasser de son esprit toutes ses pensées. La nuit était bien avancée, et sa mère n’était pas rentrée. C’était sans doute la véritable raison de son insomnie. Il avait peur, peur qu’il lui soit arrivé quelque chose. Le métier de chasseur était dangereux, il ne le savait que trop bien.

    Un bruit infime retentit dans l’entrée. Une respiration. Sven se redressa dans son lit, le cœur battant. Aussitôt, sa main plongea sous son oreiller et en tira le couteau d’argent qu’il serra dans ses doigts fins. Doucement, il se glissa hors de sa chambre, sur la pointe des pieds, retenant son souffle, guettant le moindre son. Puis lui vint une odeur, celle de sa génitrice, et il du retenir un soupir de soulagement. Ses narines frémirent. Dans l’air flottait l’effluve métallique du sang. L’enfant se crispa et se coula dans l’obscurité feutrée de l’appartement.

    La porte d’entrée s’ouvrit sur une silhouette féminine. Le garçon relâcha ses muscles et s’approcha prudemment de sa mère qui venait d’entrer. Dans un premier temps, elle l’ignora totalement. Elle portait sous le bras le corps d’un homme, - apparemment mort ou inconscient -, comme si il ne pesait rien. D’un geste vif, elle tira une chaise et l’y assis. Sven constata que ses pieds et poignets étaient liés. Vivant, supposa-t-il.

    Effrayé, il se tassa dans un recoin sombre, espérant que sa génitrice ne l’ai pas vu. Il ne savait jamais à quoi s’attendre avec elle. Un jour elle se montrait douce et maternelle, et le lendemain elle laissait exploser son hystérique tyrannie. Sven croisa soudain son regard et se recroquevilla de plus belle. Ce n’était pas la mère qui s’affairait dans le petit salon, mais la chasseuse. Un frisson parcouru son dos. Elle ne lui adressa pas un mot et se contenta de réveiller son ‘invité’ en lui aspergeant le visage d’eau. Celui-ci émergea difficilement, semblant ne même pas savoir où il se trouvait. La femme s’empressa de le bâillonner avant de se tourner vers l’endroit où s’était tapi son fils.

    - Viens ici, lâcha t’elle d’un ton sec.

    L’enfant hésita, puis sorti de sa cachette et s’approcha timidement. Exaspéré, sa mère l’agrippa par le bras et le tira vers elle pour le planter en face de l’homme.

    - Regarde bien, fils. Voici un étranger, cracha t’elle.

    Puis, dans un mouvement rageur, elle attrapa les doigts de l’homme et les tordit violemment. Un craquement sinistre retentit tandis que l’étranger se tordait de douleur sur son siège. Sven frémit. Sa mère fit un pas en arrière, contemplant la main broyée avec un réel dégout, puis toisa son fils avec froideur.

    - Tues-le.

    Sven lui lança un regard horrifié, et elle le soutint avec insistance.

    - Il est temps pour toi de faire face à la réalité. Les étrangers sont mauvais, ils doivent être exterminés. Tues-le. La lame en plein cœur, comme je te l’ai expliqué.

    Le petit garçon s’avança de l’homme et d’une main tremblante, brandit son couteau au dessus de sa poitrine tremblante. L’étranger l’implorait du regard. Sven ferma les yeux, refusant d’avoir à affronter les siens.

    - Ouvres les yeux, Sven. Tu dois regarder, lui rappela t’elle. Et maintenant, tues-le !

    L’enfant entrouvrit les paupières, à contre cœur, mais ne fit pas le moindre geste. Ôter la vie. Cela paraissait tellement plus simple lorsque sa mère lui racontait. Mais au fond de lui, il savait que tuer cet homme était un chemin sans retour vers la noirceur. Il ne pouvait pas. Dans son dos, il la sentait s’agiter.

    - Sven, tues-le ! Tues-le, ou c’est moi qui te tues ! »

    Sa gorge se serra de terreur. Il retint son souffle, crispa ses mâchoires. Elle le ferait, il en était certain. L’enfant déglutit et abattit son arme. La lame s’enfonça sans problème droit vers le cœur affolé de l’étranger. Elle traversa son corps et alla jusqu’à entailler le dossier de la chaise. La garde coupa brusquement l’élan de son geste ce qui arracha un hoquet de stupeur à l’enfant. Celui-ci ne pouvait plus se détacher du regard faiblissant de l’homme. La vie quittait peu à peu ses yeux, tandis qu’il suffoquait et crachotait, puis il poussa un dernier soupir et son regard se recouvrit d’un voile de mort.

    Sven recula en plissant le nez. L’odeur du sang emplissait l’air. Ses yeux étaient écarquillés. Il ne parvenait pas à regarder ailleurs. Le corps sans vie captait toute son attention. Puis, au milieu de la panique, de l’effroi, il ressentit une sorte d’excitation malsaine. Il ne parvenait pas à ordonner ses pensées, il était vide. Et au milieu de toute cette agitation intérieure, il sut que quelque chose était mort en lui.

    Sa mère accourut vers lui, le regard luisant de fierté et de mauvaise folie. Elle le serra dans ses bras maigres et le berça en riant doucement, comme elle l’aurait fait pour un nouveau né. Il était un nouveau né. Ce geste qu’il avait accompli en tant qu’enfant venait de le propulser dans un tout nouvel âge. Mince est la ligne qui sépare l’homme de la folie.


    Sven atteignit l’âge honorable de 16 ans. Il avait changé, il était devenu plus fort, plus malin. Il accompagnait sa mère à toutes ses chasses. Elle se servait de lui comme un véritable traqueur, de la même manière que certains ont un chien de piste. Il était bon. Il était très bon. A la fois suffisamment humain pour ne pas suivre sa mère sur la route sinueuse vers la démence, et suffisamment inhumain pour ne pas être englouti par la folie qu’impliquait le métier de chasseur.

    Et puis, il perdit une piste. Il eu beau chercher, l’odeur de l’étranger s’était tout simplement évaporée. Il pleuvait trop. Tout était dilué dans un sale relent de sol mouillé et d’eau crasseuse.

    - Alors, par où est-il allé ?

    L’adolescent chercha encore, les lèvres entrouvertes pour ne rien laisser passer, avant de se tourner vers sa génitrice en secouant la tête. Un brasier s’alluma dans ses yeux. Elle le saisit pas les épaules et le secoua comme si elle voulait décrocher sa tête de son corps. Sven eu peur qu’elle lui broie les os de sa force d’héroïne, mais il ne dit rien. Le moindre signe de faiblesse signerait son arrêt de mort.

    - Tu te moques de moi, Sven ?! On ne peut pas le perdre ! Un tic nerveux agitait le coin de sa bouche. Tu sais à quel point c’est important ! Tu sais ce que les étrangers ont fait ! Tu le sais !

    Une ombre tomba sur son regard tandis qu’elle semblait prendre conscience de quelque chose. Ses doigts osseux se resserrèrent sur les épaules fines de son fils et un rictus déformait son visage émacié. Ses yeux fous lançaient des éclairs.

    - J’aurais du m’en douter … J’aurais du me souvenir que tu avais leur sang en toi … Tu es avec eux, c’est ça ?! Tu trahirais ta propre mère ?! Si tu savais à quel point j’ai souffert pour que tu voies le jour … J’aurais mieux fait de me jeter dans un escalier pour te tuer dans l’œuf !

    La femme le repoussa contre un mur et s’écarta de lui. Son regard enragé semblait abriter une profonde tristesse, un profond désarroi.

    - Tu ne vaux pas mieux qu’eux, grinça t’elle à mi voix. Tu n’es pas mon fils, tu es celui des étrangers ! »

    Elle cracha à ses pieds, manifestant le profond dégout que lui inspirait cette pensée, puis tourna les talons et s’éloigna rapidement. Sven la regarda partir, sans un mot.


    Comble de l’ironie, il n’eu pas de mal à suivre sa trace. Elle était rentrée chez eux. Il franchit le palier sur la pointe des pieds et ouvrit doucement la porte de leur demeure avant de plisser les yeux. La pièce principale était plongée dans le noir, et il y régnait un silence pesant. Pourtant, elle était toujours là. Son odeur était partout. Quoiqu’un peu différente … Sven fronça les sourcils. Cette différence était engendrée par l’effluve de la mort qui s’y était mêlée. Ou de la non-vie, appelez ça comme vous voulez. Dans tous les cas, c’était cette différence qui transformait une personne en un simple corps.

    L’adolescent alluma la lumière, et il la vit. Ses pieds nus pendaient à près d’un mètre du plancher. Ses longs cheveux blonds et emmêlés ne masquaient pas totalement son visage et il pu encore apercevoir ses yeux vitreux, entrouverts. Ses lèvres avaient enflées et arboraient une intéressante couleur violette, due à la strangulation provoquée par la corde. Sven resta un instant silencieux, contemplant ce corps désarticulé qui avait été sa mère. Elle lui sembla étonnamment maigre, pendue. Étonnamment faible. Il poussa un soupir silencieux puis ramassa la chaise qu’elle avait fait tomber. Du pouce, il caressa l’entaille incrustée dans le bois du dossier. L’entaille qu’il avait faite en ôtant la vie d’un étranger, six ans auparavant, dans cette maison, sur cette même chaise. Il se mit debout dessus puis tira son couteau de sa ceinture et sectionna la corde qui maintenait sa génitrice au dessus du sol. Il l’entoura de ses bras avant qu’elle ne heurte le plancher et l’y déposa avec douceur avant de fermer ses paupières sur ses yeux devenu vitreux.


    Sven continua à chasser en solitaire pendant quelques années. Jusqu’à ses 19 ans passés, pour être exacte, puis, appâté par le pouvoir et la notoriété, il rejoint la mafia. Il ne chasse plus, - à plein temps, du moins -, mais tous les codes, toutes les règles qu’il a assimilé durant son enfance sont si profondément ancrées en lui qu’il n’a pas pu totalement se départir de son tempérament de chasseur. Reste à savoir s’il s’agit d’une bonne, ou d’une mauvaise chose.


    Kasha.
    ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

    PSEUDO : Kasha.
    ÂGE :16 piges.
    CODES : Ouais n_n. by Lévi
    COMMENT AS-TU DÉCOUVERT MB ? CL.
    TON AVIS SUR LE FORUM : Caca .♥
    AUTRE : La conclusion de l'histoire craint du boudin, ouais.



Dernière édition par Sven Alexander. le Mer 13 Avr - 18:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rouge A. Nightingale



Messages : 18
Date d'inscription : 14/02/2011
Âge : 21
PUFF : Twinkle, Unlucky.

Mirror Card
« Âge du personnage »: 19 ans et demi.
« Particularité »: Je peux t'envoyer dans les airs par la force de ma pensée. ~
« Relations »:

MessageSujet: Re: SVEN.    Dim 27 Fév - 18:30

Bienvenue !
Très belle fiche, j'adore. *w*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
GRETEL.

ADMINISTRATRICELEVI }
spongebob version humain


Messages : 84
Date d'inscription : 25/01/2011
Âge : 22
PUFF : Levi.

Mirror Card
« Âge du personnage »: ~
« Particularité »: Noie-toi dans mes yeuuux *_*. Je suis belle hein ?
« Relations »:

MessageSujet: Re: SVEN.    Dim 27 Fév - 19:01

Oh, classieux 8D. Bienvenue Kasha.

_________________

Zodi ♥.
&
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sven Alexander.



Messages : 7
Date d'inscription : 20/02/2011
Âge : 24
PUFF : Kasha.

Mirror Card
« Âge du personnage »: 21 ans.
« Particularité »: Sens surdéveloppés.
« Relations »:

MessageSujet: Re: SVEN.    Dim 27 Fév - 19:19

    Merci. C:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
GRETEL.

ADMINISTRATRICELEVI }
spongebob version humain


Messages : 84
Date d'inscription : 25/01/2011
Âge : 22
PUFF : Levi.

Mirror Card
« Âge du personnage »: ~
« Particularité »: Noie-toi dans mes yeuuux *_*. Je suis belle hein ?
« Relations »:

MessageSujet: Re: SVEN.    Dim 27 Fév - 19:37

Ah au fait, tu es validée >w<. *juste au cas où /VLAN/*
Je laisse ta fiche pour qu'on puisse te faire des compliments *sort*.

_________________

Zodi ♥.
&
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DIEU ♪

( ♥ ) GOD
maître du jeu pervers


Messages : 19
Date d'inscription : 07/01/2011
PUFF : Dieu est l'Alpha et l'Omega, le Premier et le Dernier, le Commencement et la Fin.

Mirror Card
« Âge du personnage »:
« Particularité »:
« Relations »:

MessageSujet: Re: SVEN.    Lun 28 Fév - 16:52

    L'Avatar èwé. Mais bonjour Kashaa ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mirrorblade.1fr1.net
avatar
Sven Alexander.



Messages : 7
Date d'inscription : 20/02/2011
Âge : 24
PUFF : Kasha.

Mirror Card
« Âge du personnage »: 21 ans.
« Particularité »: Sens surdéveloppés.
« Relations »:

MessageSujet: Re: SVEN.    Mar 1 Mar - 14:52

    Ah flûte, l'avatar. : o
    Du coup j'en ai fait un vite fait en attendant d'en trouver un mieux. ; )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LLOYD *

ADMINISTRATEURHYDE }
fashion licorn ♪


Messages : 53
Date d'inscription : 10/01/2011
Âge : 23
PUFF : H Y D E ► ♥

Mirror Card
« Âge du personnage »: inconnu †
« Particularité »: contrôle son ossature.
« Relations »:

MessageSujet: Re: SVEN.    Mar 1 Mar - 18:38

Validé ♥ . Je déplaaace ♥

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aisha Eryn. Haven



Messages : 38
Date d'inscription : 24/01/2011
PUFF : Mélitouchouw *w*

Mirror Card
« Âge du personnage »: 15 ans ♪.
« Particularité »: Contrôle la chaleur *^*
« Relations »:

MessageSujet: Re: SVEN.    Mar 1 Mar - 19:46


    Kashaaa'a ! Welcome ♥.
    Un peu en retard x__O.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SVEN.    

Revenir en haut Aller en bas
 

SVEN.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: A poil John • Derrière le rideau. :: Présentation. :: Validés.-
Sauter vers: